Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Petites annonces Médicales

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

   Forum

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Pneumologie

PNEUMOPATHIES INFECTIEUSES AIGUES

Définition, Intérêt
Physiopathologie
Les pneumopathies communautaires

Les pneumopathies nosocomiales
Conclusion




Publicité
Les PNEUMOPATHIES communautaires


CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE
selon la présentation radioclinique

1) La pneumonie franche lobaire aiguë: tableau typique

a) Signes fonctionnels, Signes généraux, Signes physiques

Le début est brutal dominé par les signes généraux, avec fièvre aux environs de 40°C en plateau, frissons intenses et malaise général.
Le patient se plaint d'une douleur basithoracique, d'une toux avec expectorations purulentes ± rouillée avec dyspnée.
L'examen montre un foyer de crépitants.

b) Biologie et radio

La NFP retrouve une hyperleucocytose avec polynucléose et il existe un syndrome inflammatoire.

La radiographie pulmonaire montre une condensation alvéolaire homogène systématisée, le plus souvent à un lobe. La présence d'un bronchogramme aérien et l'aspect bien limité de la condensation sans rétraction sont des éléments à remarquer.

Dès le stade initial, il est possible de prévoir la gravité de l'infection, habituellement à pneumocoque:

- une ou plusieurs tares associées
- retard diagnostique>5j
- atteinte plurilobaire
- hémocultures positives
- leucocytose<1 000/mm3 ou au contraire>25 000/mm3

2) La pneumonie atypique

a) Signes fonctionnels, Signes généraux, Signes physiques

Le début est ici plus progressif sur plusieurs jours. Les Signes généraux sont précurseurs avec fièvre modérée et autres Signes généraux variables.

La symptomatologie est précédée de signes rhinopharyngés. A la phase d'état, le patient présente une toux sèche, parfois des myalgies et des céphalées. Il n'y a pas de dyspnée.

L'auscultation est normale ou pauvre avec quelques râles sous-crépitants ou bronchiques.

b) Biologie et radiologie

La NFP retrouve une leucopénie avec neutropénie.
La radiographie pulmonaire montre des opacités réticulo-micronodulaires de topographie hilo-basale.

Cette distinction est parfois plus théorique que pratique car aucun argument clinique ou radiologique ne permet de l'affirmer avec sûreté.


3) Autres formes cliniques

* Les formes abâtardies sont le fait d'une antibiothérapie préalable

* Les formes mixtes présentent une symptomatologie intermédiaire

* Les formes bronchopneumoniques sont caractérisées par des Signes généraux sévères et de multiples foyers systématisés et surtout non-systématisés. En cas de pneumocoque, elles sont l'apanage de l'insuffisant respiratoire chronique et des surinfections de grippe ou de rougeole.

* Les rares formes abcédées correspondent le plus souvent à des pneumonies d'aspiration

* Les formes symptomatiques sont les suivantes:

- prédominance de l'altération de l'état général sans signes respiratoires
- prédominance des signes extrathoraciques, notamment chez l'enfant (douleurs abdominales, syndrome méningé, péricardite)
- prédominance de la décompensation d'une pathologie sous-jacente (insuffisance cardiaque, insuffisance respiratoire chronique, diabète)
- forme d'insuffisance respiratoire aiguë avec asphyxie.

Le diagnostic de pneumopathie infectieuse est le plus souvent facile car devant un syndrome infectieux avec signes respiratoires, on pense à cette pathologie et la radiographie apporte le diagnostic en sachant que ses signes accusent un retard par rapport à la clinique.

Dernière modification de cette fiche : 05/11/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 

    © 1999-2014 Viviali - Notice légale
Haut de page