Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Cardiologie

PERICARDITE AIGUE

Définition, Intérêt
Physiopathologie
Circonstances de Découverte

Diagnostic Positif
Diagnostic Différentiel, de Gravité
Diagnostic Etiologique
Evolution, Pronostic
Traitement et Conclusion





Publicité
DIAGNOSTIC POSITIF

1) Clinique

Quand le tableau est au complet, le diagnostic est aisé. L'absence de fièvre et de frottement péricardique font errer le diagnostic. Les caractéristiques de la douleur deviennent alors essentiels.

2) Biologie

Les éléments du syndrome inflammatoire sont augmentés de façon modérée et non-spécifique. A ce stade, les sérologies virales peuvent être pratiquées, mais sont inutiles pour le diagnostic.

3) Radiographie pulmonaire

Elle peut être évocatrice si elle montre un élargissement globuleux de la silhouette cardiaque

4) electrocardiogramme

Les signes electro-cardiogramme sont fréquents et parfois retardés. Ce sont des troubles de la repolarisation concordants (sans images en miroir) et diffus ( d'une ischémie). Ils se succèdent dans le temps pour réaliser le cycle de Holzmann:

- stade 1: sus-décalage de ST, arrondi et à concavité supérieure
- stade 2: retour de ST à la normale et aplatissement de l'onde T
- stade 3: inversion de l'onde T
- stade 4: retour à la normale.

Cette évolution est rarement observée. Un sous-décalage du segment PQ ou un microvoltage prennent alors toute leur importance.

+ Des extrasystoles auriculaires nombreuses peuvent se voir ainsi qu'un passage en fibrillation auriculaire dans 10% des cas, bref et résolutif.

5) Echocardiographie

L'examen essentiel du diagnostic de péricardite est l'échocardiographie qui met en évidence un épanchement dans 50% des cas. Le signe pathognomonique d'épanchement est la présence d'un espace vide d'écho décollant les 2 feuillets péricardiques.

L'image est typique quand le décollement est systolo-diastolique antérieur et postérieur: les décollements postérieurs et antérieurs isolés sont de diagnostic plus difficile.

L'abondance et le retentissement hémodynamique sont également appréciés
Les épanchements abondants peuvent donner lieu au phénomène de balancement du coeur: nous aurons l'occasion d'y revenir ultérieurement au cours de la tamponnade.

Dernière modification de cette fiche : 27/08/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 

    © 1999-2019 PL HL - Notice légale
Haut de page