Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Petites annonces Médicales

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

   Forum

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Pneumologie

PNEUMOTHORAX

Définition, Intérêt
Physiopathologie
Circonstances de Découverte

Diagnostic Positif
Diagnostics Différentiel, de Gravité
Diagnostic Etiologique
Formes Cliniques
Evolution, Pronostic
Traitement, Conclusion




Publicité
DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE

1) pneumothorax spontanés

a) pneumothorax idiopathiques

C'est le plus fréquent, survenant entre 20 et 35 ans, dans 80% des cas chez l'homme. Sa survenue lors d'un effort parfois minime est classique. Il s'agit d'un diagnostic d'élimination.
On retrouve cependant souvent des facteurs étiologiques:

- un tabagisme
- un syndrome marfanoïde ou des dystrophies bulleuses isolées
- une infection virale discrète et en apparence limitée aux voies aériennes supérieures
- un effort intense mais parfois aussi minime.

b) pneumothorax de l'insuffisant respiratoire chronique obstructif

Il menace le pronostic vital et sera envisagé dans les formes cliniques. L'épanchement même minime suffit à décompenser un état respiratoire précaire. L'encombrement bronchique joue un rôle important.

NB: Une décompensation chez l'insuffisant respiratoire doit faire rechercher un facteur déclenchant parmi lesquels: un pneumothorax, une embolie pulmonaire, une infection broncho-pulmonaire ou la prise d'une médication ayant une répercussion sur la respiration.

c) Autres causes

- La rupture d'une caverne tuberculeuse juxtacorticale entraîne la formation d'un pyopneumothorax tuberculeux. Actuellement, c'est de façon indirecte que la tuberculose est à l'origine de pneumothorax par l'intermédiaire de bulles d'emphysème paracicatriciel avec décollement le plus souvent incomplet.

- Les fibrose interstitielle diffuse, en particulier celle de la silicose

- L'histiocytose X détermine des pneumothorax récidivants des 2 côtés souvent révélateurs de la maladie. Un aspect microkystique du parenchyme controlatéral attire l'attention. On peut en rapprocher les pneumothorax de la sarcoïdose au stade fibro-emphysémateux.

- Les cancers broncho-pleuraux, primitifs ou secondaires. Chez le grand fumeur, la survenue d'un pneumothorax impose l'endoscopie bronchique.

- Une plaque d'endométriose pleurale, poreuse à chaque cycle, entraîne des pneumothorax cataméniaux à répétition.

- L'asthme détermine plutôt des pneumomédiastins que des pneumothorax.

- On peut citer enfin les pyopneumothorax des staphylococcies pleuro-pulmonaires du nourrisson.

2) pneumothorax iatrogènes

Certaines circonstances imposent une vigilance particulière:

- Ponction pleurale ou pose d'un cathéter sous-clavier
- Ventilation assistée, particulièrement en pression expiratoire positive. Une désadaptation de la machine fait rechercher un pneumothorax.
- La biopsie transbronchique et la ponction transpariétale se compliquent d'un décollement minime dans 20% des cas, ne justifiant la plupart du temps que d'un repos et d'une surveillance.

3) pneumothorax traumatiques

Le mécanisme du pneumothorax peut être direct par arme blanche ou fracture de côte déplacée, ou indirect par traumatisme thoracique à glotte fermée.

Ce sont souvent des hémopneumothorax. La survenue controlatérale du pneumothorax par rapport au traumatisme constitue un piège diagnostique.

Dernière modification de cette fiche : 05/11/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 

    © 1999-2014 Viviali - Notice légale
Haut de page