Contact

 


   Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Petites annonces Médicales

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

   Forum

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Maladies infectieuses

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR DEVANT UNE FIEVRE PROLONGEE

Définition, Intérêt
Physiopathologie

Les éléments cliniques d'orientation
Une stratégie paraclinique en l'absence d'éléments d'orientation cliniquet
Conclusion



PHYSIOPATHOLOGIE

Les fièvres répondant à la définition représentent 2 à 5% des patients admis pour fièvre à l'hôpital, et 10 à 50% de ceux admis pour fièvre inexpliquée.

Il nous faut exposer les grands groupes étiologiques et leur fréquence car la rentabilité diagnostic de l'exploration est largement en rapport:

infections (urgence diagnostic)
causes malignes
maladies systémiques
maladies granulomateuses
33%
20%
10%
4%


Les maladies ne pouvant être intégrées dans ces cadres sont plus rares:

fièvres médi- camenteuse
fièvres factices auto-induites
dysrégulations thermiques autonomes
maladies diverses
1 à 2%
2% (psy+++)
1% (lié à l'activité diurne)
10%



Publicité
En l'absence d'orientation clinique, les examens paracliniques doivent être hiérarchisés, par exemple en 4 vagues successives.

Leur interprétation est souvent difficile et l'on doit donc utiliser les tests les plus sensibles au départ, quitte à confirmer une positivité par des examens plus spécifiques par la suite.

De ce point de vue, étant donné la la liste des étiologies, la probabilité de chaque maladie reste faible: l'application de tels tests implique donc nécessairement un nombre non-négligeable de faux négatifs.

Dans 15 à 25% des cas, la fièvre reste sans diagnostic.

3 grandes règles doivent être respectées dans l'enquête diagnostic:

- privilégier la recherche d'une forme atypique de maladie courante plutôt que celle d'une forme typique de maladie rare.

- même si la recherche d'une affection unique causale est la règle, il ne faut pas négliger les associations morbides en particulier chez le sujet âgé.

- chercher en priorité les diagnostics débouchant sur une thérapeutique curative ou au moins accessible à un traitement.

Dernière modification de cette fiche : 10/10/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 

    © 1999-2014 Viviali - Notice légale
Haut de page