Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Petites annonces Médicales

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

   Forum

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Endocrinologie

CANCERS THYROIDIENS

Intérêt, Anapath, Epidémiologie
Circonstances de Découverte

Diagnostic Positif
Diagnostic d'extension
Diagnostics Différentiel, de Gravité
Traitement et Conclusion





Publicité
INTERET

En dehors du cancer anaplasique, le dépistage précoce des cancers thyroïdiens offre au patient de grandes chances de survie, cela grâce à des traitement et une surveillance actuellement bien codifiés.

ANAPATH et EPIDEMIOLOGIE

Les cancers thyroïdiens forment 2 à 3% de l'ensemble des cancers. Ils sont classés selon la structure thyroïdienne qui leur a donné naissance.

1) Les cancers différenciés

Ils sont développés à partir des thyréocytes. La prédominance féminine est de 2/1. On note 2 pics de fréquence chez l'adulte jeune et vers la soixantaine. Seul facteur favorisant reconnu, l'irradiation cervicale avec latence de 10 ans. Le rôle stimulant de la TSH n'est pas certain mais est à la base du traitement freinateur. L'apport iodé favoriserait le cancer papillaire alors que la carence iodée favoriserait le cancer vésiculaire.

a) Le cancer papillaire (70%)

Il est constitué de papilles centrées sur un axe conjonctivo-vasculaire tapissé de cellules épithéliales et de vésicules. Il n'y a pas d'atypie cellulaire mais les noyaux sont irréguliers et ont un aspect en verre dépoli.

Entre 2 à 20% des thyroïdes autopsiées sont porteuses de micro-cancers papillaires<1cm non-évolutifs. L'analyse histologique rapporte une croissance lente et une diffusion souvent limitée aux adénopathies de drainage cervicaux.

b) Le cancer vésiculaire (15%)

Il est constitué de vésicules et de travées sans anomalie cellulaire ou nucléaire. Il peut exister dans certains cas de moindre différenciation des atypies cellulaires.

Les signes d'invasion doivent être recherchés: effraction capsulaire, invasion vasculaire. Des métastases pulmonaire ou osseuse sont fréquentes.

2) Le cancer anaplasique (<5%)

Développé aussi aux dépens des thyréocytes, c'est un cancer de la personne âgée. Son évolution est foudroyante.
Il est constitué de cellules géantes et fusiformes associées à des éléments sarcomateux et à des structures épithéliales. C'est l'un des cancers les plus agressifs qui soit, avec une diffusion métastatique dès le diagnostic.

3) Le cancer médullaire (10%)

Il est développé aux dépens des cellules parafolliculaires C qui sécrètent la thyrocalcitonine, et accessoirement de l'antigène partino-embryonnaire.

Dans 25% des cas, il s'agit d'une forme familiale qui justifie le dépistage familial systématique. Il s'intègre alors souvent dans les néoplasies endocriniennes multiples (NEM).

Le diagnostic histologique est parfois difficile mais la présence de calcitonine à l'immunomarquage et d'un stroma infiltré de substance amyloïde font le diagnostic.

+ Cancers non-épithéliaux

Les lymphomes malins non hodgkiniens B sont rares et surviennent dans un contexte d'auto-immunité. La prépondérance féminine et l'âge du patient situé vers la soixantaine sont à souligner.

Les sarcomes sont exceptionnels.

Les métastases d'autres tumeurs solides sont de diagnostic difficile.

Dernière modification de cette fiche : 27/08/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 

    © 1999-2015 Viviali - Notice légale
Haut de page