Contact

 


   Accueil

   Nos Fiches Maladies
   par spécialités

      - Cardiologie
      - Endocrinologie
      - Hématologie
      - Hépato-Gastro-Entérologie
      - Immunologie
      - Maladies infectieuses
      - Neurologie
      - Pneumologie
      - Rhumatologie
      - Urologie - Néphrologie

   Petites annonces Médicales

   Associations & fiches lecteurs

   Sélection de Livres

   Forum

 
Partager
    



 

Enquête : MEDinfos et vous

Charte Ethique

Annonceurs



> Cardiologie


INSUFFISANCE VENTRICULAIRE GAUCHE

Définition
Physiopathologie
Circonstances de Découverte

Diagnostic Positif
Diagnostics Différentiel, de Gravité
Diagnostic Etiologique
Evolution
Pronostic
Traitement
Conclusion




Publicité
DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE

2 aspects sont à distinguer: les étiologies proprement dites ou cardiopathies, et les facteurs déclenchants les décompensations:

1) Les étiologies, le plus souvent acquises

a) Les pathologies myocardiques

* L'insuffisance cardiaque ischémique, cause la plus fréquente d'insuffisance ventriculaire gauche

Celle-ci peut être aiguë au stade précoce de l'infarctus du myocarde par choc cardiogénique souvent fatal. La pathogénie fait intervenir la destruction myocardique ± étendue, mais aussi des complications mécaniques comme l'insuffisance mitrale par rupture de pilier ou une communication interventriculaire.

Au stade chronique, il s'agit d'une dysfonction ventriculaire importante par cicatrice fibreuse post-infarctus du myocarde. Des complications peuvent aussi se voir (insuffisance mitrale, anévrysme du ventricule gauche). Dans de rares cas d'atteinte coronarienne tri-tronculaire, une insuffisance ventriculaire gauche peut survenir sans infarctus du myocarde antécédent, réalisant un tableau de myocardiopathie ischémique alors révélatrice.

* Les myocardiopathies et myocardites

Les myocardiopathie dilatées sont le plus souvent d'étiologie inconnue. Dans des cas exceptionnels, une cause est retrouvée: alcoolisme chronique, collagénose, myocardite virale où elle est aiguë et régressive, toxicité retardée de l'Adriamycine, radiothérapie. Une dilatation ventriculaire et une dysfonction essentiellement systolique la caractérisent.

Les myocardiopathie hypertrophiques réalisent des insuffisance ventriculaire gauche de mécanisme différent selon le type de myocardiopathie: gêne au remplissage, obstruction lors de l'éjection, insuffisance mitrale.

Les myocardiopathie restrictives entraînent une gêne au remplissage soit du fait d'une fibrose endomyocardique, soit du fait d'une infiltration myocardique lors d'une hémochromatose ou d'une amylose.

b) Les cardiopathies valvulaires

Les insuffisance mitrale et insuffisance aortique évoluent fréquemment vers l'insuffisance ventriculaire gauche du fait d'une surcharge volumétrique de la cavité. Le plus souvent, l'insuffisance ventriculaire gauche est progressive mais elle peut être aiguë et brutale (rupture de cordage mitral, endocardite infectieuse dans un contexte d'insuffisance aortique).

Le retrecissement aortique entraîne une surcharge de pression du ventricule gauche. L'insuffisance ventriculaire gauche est un tournant évolutif de la maladie imposant un geste chirurgical rapide.

Le retrecissement mitral a une symptomatologie d'insuffisance ventriculaire gauche sans dysfonctionnement du ventricule gauche patente.

Un cas particulier est celui des dysfonctions prothétiques avec insuffisance ventriculaire gauche souvent aiguës.

c) Les cardiopathies congénitales: la communication inter-ventriculaire et la persistance du canal artériel.

 

d) insuffisance ventriculaire gauche de causes extracardiaques

- L'hypertension artérielle est la cause la plus fréquente des causes extracardiaques, entraînant dans un premier temps une surcharge de pression, puis une dégradation de la fonction du ventricule gauche.

- L'hyperthyroïdie, les anémies, l'avitaminose B1, les fistules artério-veineux, la maladie de Paget sont des causes rares. Le plus souvent, l'insuffisance ventriculaire gauche se fait par le biais d'une augmentation très anormale du débit cardiaque imposée par la pathologie primitive.

2) Les facteurs déclenchants à rechercher systématiquement devant tout OAP

Le plus fréquemment, des écarts de régime ou de traitement sont à l'origine de ces décompensations: réduction inappropriée du traitement, élargissement de la restriction hydrosodée voire écart de régime. Les antiarythmiques sont à redouter particulièrement du fait de leur effet inotrope négatif.

La fièvre et les syndromes infectieux sont fréquemment impliqués par une augmentation du métabolisme entraînant une augmentation du débit cardiaque.

Les trouble du rythme accompagnant les cardiopathies entraînent une baisse du débit cardiaque. La fibrillation auriculaire est souvent en cause, mais les trouble du rythme ventriculaires plus rares sont plus graves.

+ Les embolies pulmonaires sont à la fois source d'insuffisance cardiaque et facteur de décompensation. Une hypo, ou surtout une hyperthyroïdie (y penser si le patient est sous Cordarone!!), l'introduction d'un anti-inflammatoire non-stéroidien, une grossesse, une poussée d'insuffisance rénale chronique par diminution de l'efficacité du furosémide ou une accumulation de digitalique, sont des facteurs de décompensation plus rarement rencontrés.

Dernière modification de cette fiche : 27/08/2007


 Auteur : Equipe Médicale Medinfos

 



    © 1999-2014 Viviali - Notice légale
Haut de page